"Je pense tout le temps à mes enfants. C'est pour eux que je me bats, avec le maximum de patience et de courage…"

Publié le par comite


Madame Gasmi fait partie des familles en situation aigüe de mal logement : elle vit avec un seul de ses enfants (8 ans) dans une chambre de 11 m2, sans sanitaires et au plafond pourri par l’humidité. Après de longues démarches, le logement a été reconnu officiellement insalubre le 8 avril dernier.

Madame Gasmi a 5 enfants. Le juge des enfants a fourni une attestation pour soutenir sa recherche de logement, afin de permettre les liens avec ses enfants et retrouver l’exercice effectif des droits familiaux. Cela permettrait : 1) au plus jeune, placé temporairement à cause de l’état et de l’exigüité du logement, de vivre avec sa mère et son frère, 2) d’accueillir en visite les trois grands.

Des citoyens se sont émus de cette situation. Ils ne peuvent pas accepter que d’autres vivent dans des conditions qu’ils n’accepteraient pas pour eux-mêmes. Ils ont décidé de tout mettre en œuvre pour que soient respectés les droits de Madame Gasmi.

Ces citoyens ont soutenu Madame Gasmi pour remplir un dossier de recours DALO (droit au logement opposable) le 12 février dernier. Ils ont écrit au préfet de région, représentant de l’Etat, garant des droits fondamentaux de tous, pour que cesse cette situation inhumaine due à l’inefficacité des autorités, services, bailleurs sociaux, informés, sollicités et saisis depuis des années.

Madame Gasmi et ses enfants ont le droit de vivre dans un logement digne.
Madame Gasmi et ses enfants ont droit à une vie de famille normale.
Madame Gasmi veut exercer ses responsabilités de femme et de mère.


C’est pourquoi nous appelons  tous les défenseurs des droits del’homme à participer à un

Sit-in le lundi 7 juillet 2008 à 9h

devant la Préfecture de Paris 29 rue Barbet de Jouy, Paris 7ème

jusqu’à ce qu’une délégation soit reçue et ait obtenu, de la part du Préfet, un engagement ferme et fiable de relogement effectif de la famille Gasmi.

Une conférence de presse s’en suivra.

Ceux qui le peuvent sont attendus à 7h 30 sur le Parvis des Droits de l’homme au Trocadéro, pour rejoindre à pied le lieu du sit-in.

Commenter cet article